Revenir en haut Aller en bas



 
WELCOME TO SIDEBAY

 :: BIENVENUE À SIDEBAY :: South Side :: Rue et Ruelle Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Un escalier de fer ... /-16/

avatar
Raymond René Lefort
HABITANT DE SIDEBAY ▬
RAGOTS : 1372
Voir le profil de l'utilisateur
Ven 2 Sep 2016 - 17:10

Un escalier de fer ...


Une sinistre histoire avec

Alicia
Joseph





Raymond/Joseph avait marché près d'une demi-heure avec la jeune femme sur les épaules. Plus d'une fois, il était passé sous des regards curieux, qui ne semblaient pas réaliser la gravité de ce qui se passait sous les yeux. C'était un soir de fête, et cela n'étonnait personne, apparemment, de voir une personne en porter une autre, inconsciente, sur plusieurs kilomètres. Plusieurs kilomètres, oui ! Car Ray tournait en rond. Il était en panique. Il avait cherché à contacter des gens pour l'aider, mais personne ne répondait. Sous l'impulsion de la crainte et de l'ivresse, il avait agi de la pire des façons, et il se retrouvait avec Alicia Birdman en guise de poids mort, contraint d'en disposer, mais ne pouvant se résoudre à le faire seul, surtout sans savoir comment. Malgré sa réputation, il n'avait jamais tué personne. Il était au moins sûr de cela ; à peu près.

Posant la veuve avec un certain manque de délicatesse entre deux conteneurs, dans une ruelle sombre et sinistre que la pluie nettoyait de ses impuretés, créant des venelles d'eau noire entre les pavés, il s'écarta, se tenant le dos dans une plainte douloureuse. Il ne pouvait plus aller plus loin, et il n'avait plus la moindre idée de comment régler cette affaire. Sortant une nouvelle fois son téléphone, il tenta de composer un numéro, écoutant les sonneries avec une appréhension palpable.

« Réponds ! Réponds ! Bon sang, qu'est-ce que je fous ? Qu'est-ce que je vais faire d'elle, moi ? »



Revenir en haut Aller en bas
avatar
Alicia C. Birdman
HABITANT DE SIDEBAY ▬
RAGOTS : 774
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 5 Sep 2016 - 15:37
La soirée tournait très mal. En effet, Joseph Weinsberg de sa vraie identité, venait d'enlever Alicia C. Birdman. La situation paraissait improbable, et pourtant... . La pizzaïolo avait cherché son mal. La jeune femme enquêtait sur le meurtre de sa mère. Vingt ans plus tôt, un malade de l'asile de Sidebay avait assassiné la femme lors de la fameuse et célèbre évasion. Al' avait réellement besoin d'un but dans la vie. Elle venait de perdre son mari, Connor, elle était seule et veuve. Trop de pertes dans son existence, il lui fallait résoudre ce meurtre pour avancer et passer à autre chose. La jeune alcoolique tentait de s'en sortir tant bien que mal. Pour régler son enquête, elle avait effectué des recherches en amont. Aussi, elle rencontrait les malades encore en vie. Ils ne demeuraient pas légions. Raymond René Lefort qualifiait l'un deux. Ce dernier possédait la peur de voir son passé resurgir. Il essayait de passer à autre chose, il avait changé de vie. Or, son passage à l'asile de Sidebay et la folie qui le travaillait à l'époque, faisaient partie de lui. Il ne pouvait pas tourner le dos à son vécu. Alicia adopta un plan. Elle dragua ouvertement cet homme. Il était venu à la pizzeria et elle avait réussi à obtenir un rendez-vous le soir même. Le soir, ils avaient choisi de fréquenter un restaurant français. Ils avaient bu et bu, encore bu jusqu'à plus soif. Birdman craqua, elle lâcha tout. Ray' laissa ses vieux démons l'envahir. Alicia ne détenait pas sa réponse car elle doutait fortement de l'intégrité du vieil homme. Elle n'obtiendrait rien. Avec la panique, l'homme avait assommé la belle. Saoule, elle n'avait pas pu éviter le coup. Raymond porta sa victime, un poids mort, pour la déposer sur le sol d'une ruelle sombre. Il appelait une personne. Quoi ? Pourquoi ? La jeune femme demeurait dans les vapes. Elle ne se réveillait pas. Le trou noir. Qu'allait-il se passer ? Réussirait-elle à s'enfuir et éviter le pire ?
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Raymond René Lefort
HABITANT DE SIDEBAY ▬
RAGOTS : 1372
Voir le profil de l'utilisateur
Mer 14 Sep 2016 - 16:54

... un couloir étroit et obscur ...


Une sinistre histoire avec

Alicia
Joseph





C'était peine perdue. Le vieil homme se retrouvait complètement seul, avec une victime inconsciente dont il ne savait pas que faire. Il n'avait pas voulu cela. La peur l'avait poussé. Il nourrissait depuis longtemps la crainte d'être découvert, de replonger dans le cauchemar de ces années de sévices et de tourmente, bien discrètement, derrière les lourds barreaux de l'asile psychiatrique de Sidebay. Aujourd'hui, cette terreur qu'il avait si longtemps refoulé l'avait conduit à la pire des extrémités. Il n'avait jamais tué personne, pour autant qu'il le sache. Mais, cette nuit, que pourrait-il bien faire d'autre ? Si Alicia se réveillait, elle ne manquerait pas de répliquer. Dans le meilleur scénario lui venant à l'esprit, elle le tuerait. Bien que cela fut le meilleur scénario plausible à son esprit, il n'était pas encore prêt à mourir pour autant.

Ramassant une bouteille de bière vide traînant dans la ruelle, il cibla un escalier de secours, une vieille structure de fer dont la première rampe d'escaliers était remontée pour éviter les intrusions. Il toucha avec chance le verrou, qui sauta et fit tomber la partie de la structure lui permettant de monter. Il ramassa Al, la monta sur ses épaules, et entreprit l'ascension. Il ressentait à chaque marche le poids de son corps menu comme le poids des accusations de sa conscience.

Mais avait-il le choix ? Alicia Birdman était une alcoolique, veuve, perturbée. Cette nuit, après une énième cuite, elle se serait jetée de cet immeuble par désespoir. Qui irait bien contester la thèse du suicide ? Au milieu de l'alcool, la présence d'un soporifique serait considérée comme une autre preuve des tendances autodestructrices, sinon suicidaires, de la décédée.

« Je suis désolé, Al. Mais je dois penser à moi. La survie avant tout. Je n'ai pas tout reconstruit à mon âge pour me laisser enfermer à nouveau, ça non ! »

Arrivé sur le toit, il laissa tomber la veuve au sol, épuisé, et s'assit sur un exutoire à fumé pointant là pour reprendre ses forces et son souffle. Encore un petit effort, et Alicia Birdman et ses dangereuses connaissances ne seraient plus un problème.



Revenir en haut Aller en bas
avatar
Alicia C. Birdman
HABITANT DE SIDEBAY ▬
RAGOTS : 774
Voir le profil de l'utilisateur
Ven 16 Sep 2016 - 16:22
Alicia C. Birdman n'avait absolument plus conscience de rien. Elle demeurait dans les vapes. L'alcool l'assommait déjà mais pas plus que le coup porté par Raymond René Lefort. Ce dernier possédait de la ressource. La pizzaïolo ne se trompait pas. Il fallait se méfier du loup qui dormait. S'il était capable d'agresser une personne, il restait sûrement possible qu'il exécute d'autres actions plus graves. D'ailleurs, Al' était persuadée qu'il avait participé au meurtre de sa mère vingt ans plus tôt.

La jeune femme ne se doutait pas de ce qu'elle subissait. Ray' l'avait porté, il l'avait posé au sol dans une ruelle sombre et cynique. La belle devenait un vulgaire objet dont il paraît préférable de se débarrasser. Son rendez-vous de ce soir le pensait réellement. Il cherchait un moyen de dissimuler ses méfaits, et d'enlever l'élément gênant dans une équation légère au résultat pesant et lourd de conséquences. Birdman connaissait le vécu de son interlocuteur. Le vieil homme ne gérait pas les données qui composaient son passé tourmenté. Il n'était pas en phase avec sa maladie de l'époque. Il ne faisait pas le deuil de Joseph, car il faisait encore partie de lui. La bête, le prédateur était relancé.

Raymond se concentrait pour trouver une solution. Il allait éliminer la jeune femme. Pour le moment, il n'avait rien effectué de condamnable. Il établissait un plan. Il se montrait assez déterminé au point de porter de nouveau sa proie pour l'amener vers un destin funèbre. Alicia ne se doutait de rien. Elle dormait profondément. Pour combien de temps encore ? Weinsberg allait-il sauter le pas ? Rien n'était moins sûr, Al' était loin de deviner ce qui se déroulait.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Raymond René Lefort
HABITANT DE SIDEBAY ▬
RAGOTS : 1372
Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 6 Oct 2016 - 21:44

... au bout de ce couloir une porte ...


Une sinistre histoire avec

Alicia
Joseph





Inquiétude, stress, angoisse, panique. Le vieux était en plein rush d'adrénaline. Ça le poussait au bout de ses mauvais choix, le faisait tenir, mais menaçait aussi de faire lâcher son cœur encore affecté par la crise cardiaque. Peut-être qu'il aurait dû les prendre, ces cachets que la petite Karen le poussait à prendre tous les jours, et qu'il esquivait par de multiples ruses et détournements. Ca l'aurait peut-être aidé à y voir plus clair, qui sait ? Quand on commence à paniquer, l'intelligence n'est plus rien, elle disparaît. C'est un réflexe chimique. Le QI chute de façon vertigineuse lorsqu'on s'énerve et, chez certains, il y a même des risques d'évanouissement. Le corps de plus de quatre-vingt ans rappelait son état en cette heure funeste. Le vieil homme était pris d'une irrépressible poussée d'action, et en même temps soufflait, s'étouffait. Il devait faire vite, pour ne pas être vu, pour ne pas perdre se décourager, pour ne pas perdre la tête ; mais il devait aussi se ménager, où il ne descendrait pas d'ici en vie.

« Et merde ! Quand faut y aller ... » *

Il se releva, s'empara de la veuve et, en ahanant, redressa son corps inconscient pour le remettre sur ses épaules.

« ... faut y aller ! Yaaaah ! » *

Avançant vers le bord, il se retrouva juste au-dessus de l'allée. Il visa les conteneurs en contrebas. Qu'elle se fracasse la tête ou se brise la colonne vertébrale sur l'un d'eux, et il serait certain d'avoir réussi son coup. Mais il devait la pousser suffisamment pour éviter les monceaux de poubelle qui amortiraient sa chute, le forçant à recommencer. Il prit sa respiration, rassembla toute la volonté qui restait au fond de ce bruit blanc de terreur sourde qui l'inondait. Il allait passer à l'action. Il força dans un souffle d'effort, la hissa à bout de bras au-dessus de sa tête. C'était la fin.

Il allait la jeter en contrebas lorsqu'il fut soudain pris d'une douleur sourde. Son cœur ? Non. Mais il s'était fait terriblement mal au dos, et la douleur le vrilla jusqu'au crâne, l'assommant à moitié. La veuve inconsciente chuta, mais du mauvais côté du bord. Elle heurta le bord surélevé, se faisant très mal ; assez pour revenir de son sommeil sans rêves. Tandis que Joseph s'adossait à une bouche d'aération en râlant de douleur, la veuve put reprendre conscience, réaliser ce qu'il s'était passé avant son évanouissement. Elle était encore assommée par les somnifères, mais bien lucide, quand le vieil homme, remarquant son réveil, se jeta sur elle, cherchant à la jeter par-dessus bord à nouveau.

La folie l'avait consumé. Plus aucune trace de lucidité ne subsistait dans ses yeux.

« C'est toi ou moi ! Toi ou moi ! »


* en français



Revenir en haut Aller en bas
avatar
Alicia C. Birdman
HABITANT DE SIDEBAY ▬
RAGOTS : 774
Voir le profil de l'utilisateur
Ven 7 Oct 2016 - 15:45
Alicia C. Birdman était encore inconsciente quand soudainement une douleur monstre la poussa à se réveiller. Son dos lui faisait mal. Que s'était-il passé ? Où se trouvait-elle ? Il faisait frais. L'air s'engouffrait pour venir frapper le visage de la jeune femme, visage déjà ensanglanté. Elle réalisait qu'elle se situait en hauteur. Sur un toit. Pourquoi ? Elle ne comprenait rien. Elle gardait un mal fou à se rappeler des circonstances de son arrivée sur place. Elle avait encore trop bu. Une migraine venait martyriser son crâne. Elle imaginait s'être endormie à ce niveau par mégarde. Saoule, elle effectuait souvent quelques bêtises. Encore une de plus, pensait-elle. Alicia restait prête à se lever bien qu'elle sentait que son corps demeurait lourd. La jeune percevait une présence. Elle devait rêver. Qui était-ce ? Tout lui revenait, le restaurant français, l'enquête, Raymond. Il venait de céder à la folie. D'ailleurs, elle n'avait pas le temps de se lever ou de reprendre correctement ses esprits. Le vieil homme se jeta sur la veuve. Il désirait la tuer, la faire passer par dessus bord. Pourquoi ? Il n'était pas en danger. Sa maladie le travaillait-elle de nouveau ? La haine se lisait dans ses yeux. Birdman s'accrochait à lui en hurlant :

Ne fais pas ça ! Le tutoiement venait tout seul, la peur parlait. Je ne délivrerais pas ton passé. Tu n'as sûrement pas tué ma mère, je suis désolée ... vraiment je suis désolée. Pardonne-moi, je veux oublier tout ça, je n'aurai pas du t'embêter. C'est de ma faute. Pour le retenir et se défendre, elle porta un coup sur le visage de l'homme. Céderait-il ou devrait-elle se battre ? La situation devenait chaotique. Ils étaient seuls. La soirée avait bien mal tourné.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Raymond René Lefort
HABITANT DE SIDEBAY ▬
RAGOTS : 1372
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 11 Oct 2016 - 19:25

... d'où nous arrive une musique ...


Une sinistre histoire avec

Alicia
Joseph





Les appels à la raison de la veuve auraient pu fonctionner, peut-être, si elle ne les avait accompagné d'un coup assez mauvais sur la tempe du vieil homme. Après avoir basculé et s'être écroulé le tête contre le sol, il passa quelques secondes sans bouger, le souffle coupé. On aurait pu croire qu'il avait fait une attaque et était mort. Alicia haletait. Voyant qu'il n'esquissait plus le moindre geste, elle parvint à retrouver son souffle, à desserrer sa gorge, et à retrouver le contact avec le monde réel, au-delà du petit couloir auquel ressemblait l'esprit en situation de combat. Elle n'avait jamais vécu une situation de cette gravité. Perdre des personnes chères était une chose, mais être agressée et menacée d'une mort imminente ...

Elle s'éloignait du rebord, réunissait ses esprits pour trouver une sortie, esquisser une solution. Qu'allait-elle faire de Joseph Weinsberg ? Elle éprouvait de la compassion, malgré la folie qui le consumait. Il devait se sentir traqué, et suivi, et elle aurait pu déclencher une crise qui n'avait rien à voir avec sa personne. Et pourtant, il était capable du pire.

Tandis qu'elle s'éloignait pour prendre de la distance et trouver la force de composer le 911 sur son téléphone, Joseph, lui, reprenait ses esprits. Il n'était pas mort, non, mais il venait de prendre un sérieux coup sur la tête et, à son âge, on développait une commotion dangereuse facilement. Aussi fort soit-il, chacun avait ses limites. Il chercha à se lever, but la tasse dans la petite flaque où trempaient ses cheveux. Il toussota, doucement, retrouva ses repères et entreprit de se redresser. Faisant craquer son dos, il examina les alentours et ne vit pas Alicia là où elle était. Il aurait bien pu rester inconscient pendant un long moment. Il fut repris de panique. Et si elle l'avait déjà signalé ? Et si la police était déjà en route, pour l'attraper, le mettre en prison, et le reconduire dans le même genre d'enfer qu'il avait déjà vécu ? Il la vit, finalement. Elle lui tournait le dos, à l'autre bout du toit.

Alicia attendait avec impatience la fin de la musique d'attente du numéro d'appel d'urgence des services de secours. Habituellement, ils répondaient vite, mais quelque chose clochait, ce soir, de toute façon. Tout était allé de travers. Mais finalement, la musique s'était arrêtée. Elle allait enfin pouvoir raconter sa mésaventure et trouver une sortie.

« 9-1-1, quelle est la nature de votre urgence ? »

Elle allait parler quand elle sentir des mains puissantes la ceinturer, et un corps solide l'emporter avec lui. Elle en eut le souffle coupé, tandis qu'elle se voyait passer par-dessus le rebord du toit. Elle aperçut la rue en contrebas, encore animée. Il y avait un bar. Quelle ironie, pour une alcoolique, de mourir devant un bar. L'instant s'éternisa même s'il ne se passa qu'un bref instant. Elle tournait en l'air. Elle ferma les yeux, se résigna.

VLAN !

Elle sentit le choc, entendit une alarme de voiture et la réaction de panique des personnes proches, mais rien ne se passa. Elle n'avait même pas senti grand chose.

La veuve se releva, ni saine, ni sauve, mais toujours en vie, bien capable de se déplacer. Joseph avait heurté le toit de la voiture avec elle au-dessus de lui. Il avait senti une douleur horrible lui vriller tout le corps, du dos jusqu'à la tête, lui paralysant les bras et les jambes, lui coupant le souffle, l'empêchant de réfléchir. Il laissa sa tête se poser de côté. Il vit Alicia Birdman descendre sur le trottoir, et la foule venant s'amasser autour d'eux. Plus de la moitié des gens avait son téléphone à l'oreille. Il était fini. Son existence entière était foutue pour de bon. Ça aura été bien le temps que ça aura duré. Sur ce constat terrible, il ferma les yeux, se laissa aller au vertige. Il tomba inconscient, à nouveau. Son pouls était faible. Il s'éteignait doucement. Il était à peine en vie lorsque les ambulanciers l'embarquèrent pour le conduire aux urgences.



Revenir en haut Aller en bas
avatar
Alicia C. Birdman
HABITANT DE SIDEBAY ▬
RAGOTS : 774
Voir le profil de l'utilisateur
Mer 12 Oct 2016 - 16:03
Alicia C. Birdman venait de se réveiller. Elle ne possédait pas la grande forme. Or, elle détenait la motivation de s'en sortir. Elle n'allait pas crever bêtement ce soir. Même si l'idée de rejoindre Connor lui plaisait, elle ne pouvait pas quitter ce bas monde à cause d'une erreur de jugement. Elle devait encore se battre. Elle suppliait le vieil homme de la laisser tranquille. Elle lui promettait d'abandonner ses soupçons et son enquête. La pizzaïolo ne révélerait rien à personne. Raymond ne la lâchait pas. Donc, elle devait réagir dans l'urgence. Elle frappa assez fort le visage de son adversaire. Ce dernier semblait sonné. Elle venait de réussir un exploit. Avec tous les efforts qu'il avait produit et ce coup, il paraissait complètement vidé. Il subissait son sort. Le pauvre se tordait de douleur. La jeune femme en profita. Elle avait dessaoulé donc elle ne restait pas à la merci d'un faux contrôle. Elle gérait et elle se maîtrisait. Alicia choisit de prévenir les forces de l'ordre. Elle restait désolée pour son interlocuteur. Il cédait de nouveau à la folie la plus pure. La belle s'éloignait, attendant une réponse du 911. Elle ne faisait qu'entendre leur sonnerie plus qu'énervante pour le coup. Quand un interlocuteur se manifesta, Birdman n'eut pas le temps de répondre. Son téléphone tomba au sol. L'appel était toujours en cours. Raymond René Lefort venait de l'agripper sévèrement pour l'envoyer valser avec lui-même dans le vide. La belle se résignait, c'était fini. Elle pensait mourir. Elle revoyait quelques images avec Connor. Elle demeurait presque bien. Le vieil homme avait de la ressource. Ils s'écrasèrent sur le toit d'une voiture. Alicia ne sentait pas grand chose, juste une douleur au dos. Ray' avait tout pris, il perdit connaissance. Le public s'amassait devant cette scène digne d'un film d'action. Des gens appelaient les urgences. Al' était vite descendue du toit du véhicule. Les autres l'interrogeaient. Elle ne répondait pas, elle devait trouver Jane.    
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Sujets similaires
-
» Comment faire un escalier ?
» TOPIC COMMUN - Un escalier bien capricieux
» Sondage "Quêtes grand Escalier"
» Le grand escalier Fixe 1 ( 28/08 )
» Le Grand Escalier

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
I'M WALKING ON SIDEBAY :: BIENVENUE À SIDEBAY :: South Side :: Rue et Ruelle-
Sauter vers: